Projecteur Pathé-Baby

Charles Pathé lance en 1922 une gamme de produits destinés à favoriser le cinéma amateur : Pathé-Baby.

De construction robuste, ces projecteurs à manivelle ont un fonctionnement simple. La pellicule de 9,5 mm, est à l’époque la plus petite, ce qui permet une manipulation plus simple, ne nécessitant pas une grande installation.

Vous pouvez lire son Manuel d’emploi et d’entretien en cliquant ici et le catalogue de la cinémathèque Pathé-Baby en cliquant ici.

Cependant, Pathé offrit rapidement de nombreuses améliorations, à ajouter à l’appareil initial : moteur, tendeurs pour pellicules plus longues, tireuse, filtres couleurs, rhéostat, amplificateur, etc.

Vendu 459 f. en 1928, le projecteur est réservé aux classes supérieures. Pour rappel, en 1930, un juge gagne 1833 f. par an.

La cinémathèque Pathé compte environ 5000 films, tous réalisés par ou avec l’accord de la firme, qui les présente sur son catalogue. On trouvait ainsi des reportages d’informations, des films, mais aussi des documentaires, et même des dessins-animés !

Vendus dans des carters métalliques, les films sont facilement placés dans un magasin au sommet de l’appareil. Les pellicules sont inflammables, ceci afin de rassurer les utilisateurs, conscients des nombreux accidents survenant dans les cinémas.

On distingue sur l’avant dernière image ci-contre la pierre blanche (en bas) servant de résistance au projecteur, il s’agit d’un mélange de céramique et d’amiante. Il utilise un courant de 110 vols pour alimenter l’ampoule. L’électrique de début de siècle est assez simple mais peu commode : la résistance chauffe tellement que Pathé vendait une plaque en caoutchouc pour protéger le mobilier !

©Clément_Fillion
Projecteur Pathé-Baby, 1924.
©Clément_Fillion
Détail du tarif général Pathé de 1928.
©Clément_Fillion
Court enregistrement du dessin-animé « Félix le chat au muséum ».
©Clément_Fillion
Catalogue cinématographique, 1928.
©Clément_Fillion
Carters de films.
©Clément_Fillion
Détail de la pellicule, lanterne de projection retirée.
©Clément_Fillion
Vue de la face gauche, le magasin inférieur surplombé par la manivelle d’entraînement et celle d’enroulement.
©Clément_Fillion
Fin de pellicule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s