Gramophone Pathé type 51

Charles Pathé fonda en 1896, avec son frère Emile, l’entreprise Pathé Frères, après la découverte du phonographe d’Edison. Consacrée premièrement au son, il ouvre la même année une boutique de gramophones à Paris.

Les premiers gramophones portables (sans pavillon, pour plus de simplicité) sont apparus vers 1910. Rudimentaires, ils étaient moins onéreux, c’est pourquoi il est facile d’en trouver aujourd’hui encore. En revanche, le gramophone présenté ici, fabriqué en 1921, est un modèle soigné et  luxueux, et de fait, moins courant.

Ce modèle est équipé du moteur Pathé n°36. Il s’agit  du ressort qui permet de faire tourner le plateau tournant et d’un régulateur de vitesse, assurant une rotation régulière pour la lecture.

Il est souvent appelé « Peau de serpent », en raison des motifs serpentins du textile qui le recouvre.

La tête de lecture fonctionne quant à elle comme une oreille. L’aiguille parcourt les sillons du disque (ou « galette » au début des gramophones) dont les vibrations font vibrer la membrane, directement reliée, par le bras tubulaire, à la caisse de résonance qui se trouve sous le plateau.

©Clément_Fillion
Gramophone portable Pathé type 51, 1921.
©Clément_Fillion
Vue du plateau, manivelle du ressort rangée, boîte à aiguilles sur la droite.
©Clément_Fillion
Détail du bras tubulaire et de la tête de lecture.
©Clément_Fillion
Détail manivelle.

 

Une réflexion au sujet de « Gramophone Pathé type 51 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s